Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 19:50








Partager cet article
Repost0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 00:41


Retour en arrière sur les dernières activités. Au programme randonnée sur le Mont Pahia haut de 661 mètres.



a voici ce que ça donne de s'enfoncer dans les terres de Bora. Une vrai jungle 100% nature.





Une petite pause avec une magnifique vue sur la baie de Faanui.





Arrivée en haut après trois heures de marche, la vue à quasi 360° de toute l'île est a couper le souffle.
Le Y en arrière plan, c'est le St Regis!
le Mont Otenanu (à droite) n'est plus très loin, à peine une soixantaine de mètres au dessus, mais malheureusement trop difficile d'accès.




Vue sur l'aérodrome de bora. Et au fond l'atoll de Tupaï.



Redescente qui nous a pris 4 heures, la tête dans les nuages.



Si ça vous tente, prévoir un bon pactage et de bonne jambes avant d'y allé...
Partager cet article
Repost0
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 07:48



Le 7 décembre 1941, la base américaine de Pearl Harbor, aux îles Hawaï, fut bombardée par l’aviation japonaise. La guerre du pacifique commençait.

 

Je suis resté assis là, a contempler la baie, m’imaginant entrain de gérer la sécurité de l’île… Quels pouvaient être les sentiments du Gi’s qui était là il y a plus de 60 ans ?

Le 27 janvier 1942, une véritable armada composée de 2 croiseurs, 2 destroyers, 4 cargos, 2 transporteurs de troupes ainsi que 1 tanker quittèrent le port de Charleston en Caroline du sud, à destination de Bora Bora. Sur 118 îles que compte la Polynésie française, seule l'île de Bora Bora présentait les caractéristiques idéales.
Elle fut choisie entre autre à cause de son immense lagon intérieur dans lequel on pénètre par une passe unique et facilement contrôlable, surtout face à la menace des sous-marins.

 A bord des navires 4450 hommes du rang et 178 officiers avec à leur tête, l’amiral Turner chargé de l’opération Bob Cat.

Au programme, empêcher une attaque japonaise par le sud et assurer le ravitaillement et l’entretien des flottes alliés.

Trois semaines plus tard, le 17 février 1942, ils arrivaient à Bora, accueillit chaleureusement par les habitants incrédules.

Plus de vingt mille tonnes de fret furent débarqué grâce au génie sur des pontons flottants. Ils devront remédier au réseau routier insuffisant pour recevoir les véhicules lourds, mais également construire des quais maritimes, une usine électrique et l’eau potable.

Ils installèrent alors sur les collines aux quatre coins de l’île 8 canons de 7 pouces (18cm) pouvant faire feux à plusieurs kilomètres et des batteries anti aériennes.



8 Hydravions
KINGFISHER OS2 assuraient quant à eux la couverture aérienne en attendant la construction de la piste.

Des travaux furent achevés et les bases opérationnelles en avril 1943, avec finalement, une piste d'atterrissage de 2000 mètres de long et 133 de large qui sera le premier aérodrome de Polynésie française.

Le 2 septembre 1945 le Japon capitule c’est la fin de la guerre du Pacifique.

Ainsi l’armée américaine devient inutile et quitte les lieux en été 1946 en laissant derrière elle quelques installations dont les canons.

 

Voilà ce qui explique aussi que dès la fin de la guerre cette île eu été et est encore aussi touristique. Bora Bora était, chez les Américains, plus connue que Tahiti et pour cause, une grande partie des visiteurs anglo-saxons qui se rendent ici sont, en réalité, en pèlerinage sur les traces des anciens.

 

 

Partager cet article
Repost0
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 06:19


Fini de bloguer !

Je vous emmène faire un petit tour la tête sous l’eau.

Derrière le staff village à la limite entre l’océan et le récif de corail…











Un petit requin pointe noire passe par là...

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 09:55
Direction Raietae la sacrée
Cinq jours off c’est l’occasion.
Lundi 19 janvier départ de Vaitape à 7h00 avec l’un des navires de Maupiti Express, la SNCF polynésienne. Deux heures plus tard nous arrivons dans le port d’Uturoa le centre ville de l’île de Raiatea.
Cette île sacrée se trouve à environ 40 kms de Bora-Bora, juste derrière Tahaa.
Avec le petit groupe de collègues nous avons commencé par déjeuner, un thon cru préparé à la tahitien… les explications plus tard.
Nous sommes descendus à la pension Manava tenue par la famille d’un collègue.
Un magnifique coin de nature très paisible où il fait bon vivre, très bien tenu, coincé entre un cocotier et une petite vanillerie.
Nous avons passé l’après-midi sous une petite pluie fine très agréable, à grimper vers la cascade de Tépoua avec notre guide local sur des chemins somptueux bordés de bambous géants et autres plantes inconnues pour moi jusque là. Magnifique et aux limites du stage commando !



Après une bonne heure de marche à travers branches et sols boueux nous sommes arrivés pour nous baigner et prendre une vrai Tahiti Douche avec la fleur Opuhi qui libère lorsqu’on la presse un gel bon pour la peau et une agréable odeur.





Un vrai week-end de découverte des produits locaux, de mythes et histoires…
Le pistil de l’hibiscus sauvage est utilisé pour désinfecter les plaies.
L’intérieur de l’île regorge de produits et il faut avoir l’œil: uru, piments oiseaux, papaye, vanille, bambous et une multitude de fleurs et plantes toutes aussi odorantes et étonnantes les unes que les autres.
La plante sensitive, le mimosa pudica, qui lorsqu'on la touche se referme aussitôt, m’a laissé sans voix !
 

Le lendemain, matinée que j’attendais avec impatience, la plongée sur la seule épave de Polynésie coulée naturellement.
C’est celle du Norby un charbonnier Danois de trois mâts et 100 mètres de long. Il transportait du coprah entre les îles. En août 1900 un fort vent d’est lui fit  accrocher le récif, (désormais place de l’hôtel Haiwaiki’nui) puis une voie d’eau mit plusieurs heures à le couler et suffisamment de temps à l’équipage pour le décharger et de le quitter.
Donc pas de trésors ici…
Petites explications et nous y allons, descente avec lampes torches le long d’un filin directement à 29 mètres de profondeur… (au fait, ça y est j’ai eu mon niveau 1 de plongée !!!)
Lorsque j’ai aperçu la silhouette d’acier du navire recouverte de coraux je me suis vu quelques années en arrière lorsque je regardais les émissions du Commandant Cousteau …simplement unique !
Le navire gît la poupe et les 2 mâts restant plantés dans le fond sur son flanc bâbord, les parties qui étaient en bois n’ont pas survécu au temps.
Nous sommes donc rentrés à l’intérieur pour une petite visite. Les hublots de verre sont encore là et on peut y voir au travers. Imaginez mes émotions en pensant au dernier matelot qui regarda par ici il y a plus de 100 ans.
L’armature, l’ancre de miséricorde ainsi que quelques manilles sont elles aussi intactes et la faune a trouvé ici un refuge de choix.
A force de visites… les cales ont fini par se remplir de gaz carbonique.
Ainsi nous avons gonflé nos gilets et avons mis pendant un instant la tête hors de l’eau .
A plus de 25 mètres de profondeur, le moniteur m’expliquait la nature des chargements qui étaient entreposés ici, puis respirait par le détenteur… étonnant !
Partager cet article
Repost0
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 09:53
En bref, les images parlent d'elles même...



Coucher de soleil dans la baie de Povai entre Matira et Vaitape.





L'apéro.



Le "grand" centre ville de Vaitape...



L'une des églises de Bora.



La caserne plein air.

Voilà pour aujourd'hui.
Partager cet article
Repost0
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 06:59

Meilleurs voeux à tous pour ...








quelques photos du travail de ces derniers jours... bon appétit!



On a travaillé dur ;)
Partager cet article
Repost0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 19:27




Le commandant Martinez me donne l'ordre de faire route au 240

C'est après cinq heures de cours théoriques au sujet des balises, des règles de barre et des signaux et une vingtaine de minutes de pratique que je passe avec dix de mes collègues le permis mer.
Pas Franchement difficile et presque donné!
Une manoeuvre à effectuer sans faute, et l'homme à la mer à récupérer.Babord toute! Il faut faire un huit pour récupérer la victime remplacée le temps de l'examen par une bouée.

Ca y est je l'ai. Merci suivant... C'est ça aussi la Polynésie...


Partager cet article
Repost0
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 23:08


coup d'oeil au sud est en direction de l'ile de tahaa (l'île de la vanille)

le 14 décembre à 12h, il fait 30 degrés, la pression de 1012 hpa avec un vent ouest à 5km/h...
Partager cet article
Repost0
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 22:21




Partager cet article
Repost0